Accueil / Infos / Guerre en Syrie : Pourquoi la bataille pour Idlib est-elle importante ?
Guerre en Syrie : Pourquoi la bataille pour Idlib est-elle importante ?

Guerre en Syrie : Pourquoi la bataille pour Idlib est-elle importante ?

Une catastrophe humanitaire se déroule dans le nord-ouest de la Syrie, où le gouvernement du président Bachar al-Assad tente de reprendre la province d'Idlib, détenue par l'opposition.

Les frappes aériennes et les opérations terrestres du gouvernement ont chassé près d'un million de civils de leurs foyers depuis décembre - le plus grand déplacement de population de la guerre de neuf ans en Syrie.

L'ONU a déclaré qu'une bataille à grande échelle pour Idlib pourrait entraîner un "bain de sang".

 

Qu'est-ce qui est si important à propos d'Idlib ?


La province - avec certaines parties de Hama, Latakia et Alep - est le dernier bastion des groupes rebelles et djihadistes qui tentent de renverser le président Assad depuis 2011.

L'opposition contrôlait autrefois une grande partie du pays, mais l'armée syrienne a repris la majeure partie du territoire au cours des cinq dernières années avec l'aide de la puissance aérienne russe et des miliciens soutenus par l'Iran. Aujourd'hui, l'armée veut "libérer" Idlib.
Droits d'auteur Reuters
Légende de l'image Les rebelles et les djihadistes ont pris le contrôle de la ville d'Idlib en 2015

Ces dernières années, un afflux de personnes déplacées désespérées a doublé sa population pour atteindre environ trois millions, dont un million d'enfants.

Idlib est aussi stratégiquement important pour le gouvernement. Elle est limitrophe de la Turquie au nord et est à cheval sur des autoroutes allant de la ville d'Alep à la capitale Damas au sud, et de la ville méditerranéenne de Latakia à l'ouest.
Qui contrôle la province ?

Idlib était contrôlée par plusieurs factions rivales, plutôt que par un seul groupe, depuis qu'elle est tombée dans l'opposition en 2015. Mais la force dominante est l'alliance jihadiste liée à Al-Qaïda, Hayat Tahrir al-Sham (HTS).

HTS a été créée en 2017 par un groupe qui a rompu ses liens officiels avec Al-Qaïda. Elle est désignée comme organisation terroriste par les Nations unies.
Droits d'auteur AFP
Légende de l'image Hayat Tahrir al-Sham est le groupe d'opposition armé dominant à Idlib

En janvier 2019, HTS a mis en scène une prise de contrôle violente de vastes zones de la province. Il a expulsé quelques combattants rebelles vers la région Afrin d'Alep, qui est contrôlée par des factions soutenues par la Turquie.

Un comité de l'ONU a estimé en janvier que le groupe comptait entre 12 000 et 15 000 combattants à Idlib et dans ses environs.

Dans la lutte contre l'offensive gouvernementale, il est soutenu par diverses forces - notamment des militants ouïgours chinois, une nouvelle filiale d'Al-Qaïda et des groupes islamistes qui luttent sous la bannière de l'Armée nationale syrienne soutenue par la Turquie.

Le groupe d'État islamique (IS) compte plusieurs centaines de combattants à Idlib. Mais d'autres factions s'opposent activement à sa présence.
Qu'est-ce qui a conduit à l'offensive du gouvernement actuel ?

Idlib fait l'objet d'un accord de "désescalade" entre la Turquie, la Russie et l'Iran depuis mai 2017. Cet accord prévoit la cessation des hostilités dans quatre bastions de l'opposition, dont Idlib, la "séparation" des djihadistes et des rebelles de l'intérieur, ainsi que l'acheminement sans entrave de l'aide.
Droits d'auteur AFP
Légende de l'image Le gouvernement syrien et les frappes aériennes russes ont dévasté les zones tenues par l'opposition

En octobre de la même année, la Turquie a déployé des troupes dans des postes d'observation du côté de la ligne de front tenue par l'opposition à Idlib pour surveiller l'accord. Les troupes russes ont fait de même du côté du gouvernement. Cependant, leur présence n'a pas empêché l'armée syrienne de reprendre une grande partie de la campagne de l'est d'Idlib au cours des quatre mois suivants.

Le gouvernement s'est ensuite tourné vers les bastions de l'opposition plus au sud - notamment la province de Homs, et la Ghouta orientale près de la capitale Damas.

Tous ces bastions ont été repris en juillet 2018, dévastant des zones résidentielles, tuant des centaines de civils et déplaçant des centaines de milliers de personnes. De nombreux partisans de l'opposition ont été "évacués" vers Idlib dans le cadre de redditions négociées.
Droits d'auteur AFP
Légende de l'image L'accord de Sochi 2018 a été approuvé par les présidents turc et russe

Les troupes ont alors commencé à préparer un assaut total sur Idlib. Mais un tel assaut a été évité en septembre 2018 grâce à un accord entre la Turquie et la Russie.

L'accord de Sotchi prévoyait une "zone tampon démilitarisée" le long de la ligne de front. Les principaux rebelles ont dû retirer leurs armes lourdes de la zone, et les djihadistes ont été priés de se retirer complètement.

Cependant, cet accord n'a jamais été pleinement mis en œuvre. Les rebelles auraient retiré certaines armes lourdes, mais les djihadistes sont restés.
Droits d'auteur AFP
Légende de l'image Des hôpitaux, des écoles, des boulangeries et d'autres infrastructures civiles essentielles ont été attaqués

La prise de contrôle d'Idlib par Hayat Tahrir al-Sham il y a un an a été suivie d'une reprise des combats. Le gouvernement et les avions de guerre russes ont intensifié les frappes sur les zones tenues par l'opposition, tandis que les djihadistes ont bombardé le territoire tenu par le gouvernement.

En avril 2019, l'armée a lancé ce que la Russie a appelé une offensive "limitée" dans le nord de Hama et le sud d'Idlib. L'ONU a déclaré que 500 civils ont été tués et 400 000 déplacés au cours des quatre mois suivants avant qu'un cessez-le-feu ne soit déclaré.
Image copyright Reuters
Légende de l'image L'armée syrienne a repris plusieurs grandes villes ces derniers mois
Selon l'ONU, 900 000 civils supplémentaires - dont une grande majorité de femmes et d'enfants - ont fui depuis le début de l'assaut du gouvernement actuel en décembre. Quelque 300 000 personnes ont été déplacées au cours du seul mois de février.

L'armée syrienne a repris les principales villes du sud d'Idlib et a repris le contrôle des autoroutes Alep-Latakia (M4) et Alep-Damas (M5). Les personnes déplacées se sont entre-temps déplacées vers le nord et l'ouest dans l'espace toujours plus restreint considéré comme sûr près de la frontière turque.
Droits d'auteur AFP
Légende de l'image La Turquie, qui a envoyé des observateurs militaires à Idlib, veut que l'armée syrienne se retire

La Turquie, qui accueille déjà 3,6 millions de réfugiés syriens et s'inquiète d'un nouvel afflux, a donné à l'armée syrienne jusqu'à la fin février pour se retirer derrière la ligne des postes d'observation turcs ou faire face à une action militaire.

La Turquie a déjà envoyé des milliers de renforts à Idlib et des affrontements meurtriers ont eu lieu entre les forces syriennes et turques. Mais le président Assad s'est engagé à poursuivre l'offensive pour ramener l'enclave de l'opposition sous son contrôle.
Qu'arrive-t-il aux civils ?

Le coordinateur des secours d'urgence de l'ONU, Mark Lowcock, a averti que la crise dans le nord-ouest de la Syrie avait "atteint un nouveau niveau effrayant".
Image copyright Reuters
Légende de l'image Le nombre de civils en mouvement dans la province d'Idlib continue d'augmenter

" [Les civils déplacés] sont traumatisés et obligés de dormir dehors par des températures glaciales parce que les camps sont pleins. Les bébés et les jeunes enfants meurent à cause du froid", a-t-il déclaré.

M. Lowcock a décrit la violence comme étant "aveugle", les établissements de santé, les écoles, les mosquées et les marchés étant frappés. "Les travailleurs humanitaires eux-mêmes sont déplacés et tués", a-t-il ajouté.
Droits d'auteur sur les images Reuters
Légende de l'image Les Syriens déplacés font face à la neige, aux vents violents, à la pluie glacée et aux tempêtes hivernales

Les Nations unies demandent de toute urgence des tentes, des couvertures thermiques et des vêtements, ainsi que des conseils spécialisés pour aider à surmonter les traumatismes.

M. Lowcock a déclaré que "la plus grande histoire d'horreur humanitaire du 21ème siècle" ne serait évitée que si les pays ayant une influence en Syrie négociaient un cessez-le-feu.

L'année dernière, il a averti qu'une attaque totale contre Idlib pourrait entraîner "la perte d'un nombre énorme de personnes - des centaines de milliers, peut-être même plus".